"La nature véritable de la conscience est la liberté;
la LIBERTÉ doit se manifester!..."

     D'après Saint-Germain, maître de la liberté, chohan du 7e rayon.
Cité dans le livre: "Les treize principes", t.2, du Nectar de la Conscience.

VOIR LA VIDÉO: LA LIBERTÉ DE GUÉRIR

copier cette affiche, partagez la, partagez la vidéo

collaborez avec le 7e Rayon; le Rayon de la LIBERTÉ...

 

 

VIOLATION DES DROITS
DE L'HOMME PAR LA FRANCE

La France déjà condamnée 6 fois pour violation
grave de la liberté de conscience.

5 articles édifiants et terrifiants :
L'affaire Beljanski
Catastrophe pour "L'ADFI"
La France contre la liberté

France : la honte 
La chasse aux sectes

 

CESNUR - La famille gagne son procès en France
« Catastrophe » pour l’ADFI

CESNUR CENTER FOR STUDIES ON NEW RELIGIONI

“La Famille” (ex Enfants de Dieu) gagne son procès en France
Une « catastrophe » pour l’ADFI et pour la Mission interministérielle de lutte contre les sectes.

     La presse française (voir D. Dufresne, Libération, 15,1,99) commente la décision rendue par le Tribunal d’Aix en Provence le 11 janvier 1999 concernant le cas des 22 anciens membres de « La Famille », (ex Enfants de Dieu), accusés d’abus sexuels contre leurs propres enfants.

     Il n’y avait pas pour la défense de raisons d’être optimiste, car le Ministre Français de la Justice, Madame Guigou, venait précisément d’envoyer à tous les tribunaux une circulaire les pressant de coopérer au combat anti-sectes avec la Mission interministérielle récemment créée et avec le mouvement anti-sectes ADFI. Ce dernier fut le principal instigateur de l’opposition à « La Famille » et partie civile dans ce procès.

     Aix en Provence est aussi un lieu où intervient souvent le Dr Abgrall, un des plus virulents « secticides » français et membre de la Mission interministérielle. Le Rapport parlementaire français de 1996 indiquait que les enfants de « La Famille » étaient régulièrement prostitués et cela a été à maintes reprises réaffirmé par des membres éminents de la Mission.

     Cette affaire d’Aix en Provence avait débuté en 1993. Selon J. Gordon Melton, « les descentes de la police française dans leurs maisons de Lyon et Marseille furent probablement l’expérience la plus terrifiante pour La Famille (dans son histoire). Plus de 200 policiers brandissant matraques et armes automatiques surgirent à l’aube du 9 juin 93. 50 adultes et 90 enfants furent surpris dans leur intimité. Les parents furent menottés, jetés au bas des escaliers, traînés sur le gravier sous les yeux des enfants. Une jeune fille de 15 ans fut menottée pendant quatre heures, à peine vêtue. Pendant les deux jours suivants, les membres furent soumis à un interrogatoire intensif durant lequel le chef de la police les informa brutalement qu’il espérait détruire les « Enfants de Dieu » et que leurs enfants seraient enlevés et emprisonnés. Cependant les enfants furent placés dans ces centres de détention, voire dans des cachots, mal nourris, et mis sans pitié sur le grill des interrogatoires, bien que cela soit en vain, car la plupart n’étaient pas français. Dans cette affaires, les autorités furent sensibles aux accusations portées par l’ADFI. Pendant plusieurs années, celle-ci a accusé La Famille d’activiés illégales et d’abus sur les enfants. Les autorités travaillèrent avec l’ADFI (organisme soutenu par le gouvernement) et la Cour choisit un psychiatre sympathisant de l’ADFI pour interroger les enfants. Bien qu’isolés de leurs parents et loin d’eux, les enfants nièrent quelque abus que ce soit les concernant ». (J. Gordon Melton, Dai Bambino di Dio a The Family, Elle Di Ci, Leumann [Torino] 1997, p. 54.).

     Six ans après cette descente de police, le Tribunal D’Aix en Provence a pris la défense de La Famille. Tous les accusés ont été reconnus non coupables et acquittés. Cette décision a provoqué un grand embarras dans le milieu anti-sectes français et l’ADFI. Jean-Michel Pesenti, l’avocat de l’ADFI, a vivement critiqué la Cour et l’ADFI a traité cette décision de « catastrophe ». Madame Jacqueline Burguière, présidente de l’ADFI-Provence, nota la contradiction entre cette décision de la Cour et la lettre circulaire du Garde des Sceaux.

     « Cette décision est une bonne nouvelle », commente le Dr Massimo Introvigne, directeur du CESNUR. « Elle démontre que les juges français sont jaloux de leur indépendance et ne sont pas prêts à suivre aveuglément les ordres du Gouvernement. Fondamentalement, cette décision embarrasse l’ADFI et la Mission interministérielle (dont les principaux membres ont toujours soutenu que La Famille était coupable). Nous entendons des critiques à propos de cette décision, mais rien sur les souffrances causées inutilement à ces enfants et à ces adultes pendant cette descente de police. La Cour défend donc les universitaires qui considèrent que les abus sur les enfants et activités sexuelles illégales ne sont pas un problème actuellement dans La Famille. Loin d’être naïfs, ils arrivent aux mêmes conclusions que les tribunaux français, comme ce fut aussi le cas en Australie, Italie, Royaume-Uni et autres pays ».

Où cela se passe-t-il ? Dans quel pays arriéré ? Au Moyen-Âge ?

Oui, c’est en France, pays libre et laïc, pays des droits de l’homme, vers l’an 2000.

Libre ? Laïc ? Droits de l’homme ?

Vraiment ?

LIBERTÉ MON AMOUR
" BELJANSKI "

   La France à NOUVEAU condamnée pour violation des Droits de l'Homme et de la liberté dans l'affaire BELJANSKI. Depuis 1996, c'est la 5e condamnation internationale de la France pour violation des Droits de l'Homme relativement à la liberté de conscience et des droits fondamentaux.

   De 1996 à 2002, la France a été condamnée à plusieurs reprises par : les Etats-Unis, l'O.N.U., l'O.S.C.E. (Europe), l'O.U.A. (Afrique), et par la Cour Européenne des Droits de l'Homme (C.E.D.H.).

AFFAIRE BELJANSKI
La France condamnée une 5e fois

   La Cour Européenne des Droits de l'Homme condamne la France. Par arrêt du 7 février 2002, la Cour Européenne des Droits de l'Homme a rendu la décision suivante à l'unanimité : la France a violé la Convention Européenne des Droits de l'Homme (C.E.D.H.) vis à vis de Mirko BELJANSKI ; plus spécifiquement la Cour précise que : " Compte tenu de son âge et de son état de santé, ainsi que de l'enjeu très important du procès qui aurait dû lui permettre de se défendre ". Il convient en effet de rappeler que Mirko BELJANSKI avait développé une leucémie myéloïde aiguë dans la semaine qui a suivi la violente arrestation du 9 octobre 1996 et la mise à sac de son laboratoire par la gendarmerie. Le juge d'instruction avait sans doute pour mission de poursuivre un autre objectif que le respect des droits fondamentaux de la défense. La technique employée a consisté au contraire à détruire physiquement le laboratoire et moralement l'homme, en le menottant et en lui interdisant de s'exprimer par tous les moyens. Seule une infâme présomption de culpabilité a joué dans cette affaire. Sans doute les autorités françaises pensaient-elles pouvoir condamner cet homme sans procès, un procédé très largement employé dans les Républiques bananières.

   Contre toute attente, le jugement du Tribunal de Grande Instance de Créteil énonçait que les prévenus n'ont pas rapporté la preuve de l'efficacité des produits et que cette preuve ne peut être que scientifique. Mais depuis quand la charge de la preuve incombe-t-elle aux prévenus ? Depuis quand des publications scienti-fiques internationales ne constituent pas une preuve scientifique ?


BELJANSKI BIENTÔT BLANCHI ?

   Après des années de mise à l'amende, Mirko Beljanski a remporté cet hiver (2002) une victoire contre la France. Une victoire posthume. Mais Beljanski, c'est qui ? Mirko Beljanski était un chercheur français d'origine serbe. Il était indiscutablement un trouveur. Il s'est pourtant heurté pendant trente ans au rouleau compresseur du nombrilisme meurtrier de la science française.


FLÉAUX

   Beljanski, le trouveur maudit, a mis au point des produits permettant de lutter de manière spécifique contre des maladies graves.
Cancer, sida, mais aussi d'autres virus, maladies auto-immunes, autant de fléaux contemporains auxquels Beljanski a tenté de trouver des remèdes. En consultant la liste des témoignages de malades présentée par l'association CIRIS - qui promeut les découvertes du chercheur - on ne peut qu'être ahuris de voir le traitement réservé à un homme qui semblait mériter des prix Nobel plutôt que des menottes.

MIS EN EXAMEN

   Pourtant, en 96, c'est bien les menottes qui lui ont été attribuées, deux ans après sa mise en examen. Il est alors arrêté pour exercice illégal de la pharmacie. Pendant deux ans, c'est un Beljanski très malade qui attend son procès, espérant ainsi pouvoir démontrer la haute valeur scientifique de ses produits. Pestiféré pourtant présumé innocent, il s'éteint fin 98 sans avoir pu s'expliquer.

BÊTISE ET PARTIALITÉ

   Mais depuis peu, la vapeur semble s'inverser. Le 7 février 2002, la Cour Euro-péenne des Droits de l'Homme condamne l'État français dans l'affaire " Beljanski contre France ". Le juge d'instruction aurait dû faire preuve de diligence pour permettre à Beljanski de se défendre dans le cadre d'un " procès équitable " et dans un " délai raisonnable " et lui permettre de faire reconnaître la valeur scientifique de ses travaux.

   Un procès équitable dans un délai raisonnable : voilà qui peut faire sourire ceux qui ont suivi une affaire Beljanski où la raison et l'équité ont toujours cédé le pas à la bêtise et la partialité. " Je suis contente car la France a été tellement injuste et déloyale, nous confie Monique, l'épouse du chercheur. Cela fait plaisir qu'elle reçoive cette gifle méritée ". Une gifle qui passe pourtant inaperçue et ne fait l'objet d'aucun écho dans la presse, si ce n'est une tardive dépêche AFP. Une presse pourtant présente quand il s'agit de dénoncer de manière assez univoque Beljanski.

COMPTE VIDÉ

   " On me demande plusieurs centaines de milliers d'euros d'arriérés de TVA. Sans aucun élément, le fisc se fonde sur son intime conviction pour me demander cet argent. Je ne savais pas que c'était possible, mais je viens de recevoir le dernier avis avant saisie tandis que mon compte a été vidé. Ceux qui me rendront visite pourront bientôt s'asseoir par terre ". Tout cela ressemble à de l'acharnement judiciaire ou para-judiciaire. Pourtant, le juge de Créteil avait bien précisé qu'il n'y avait aucune infraction financière et que Beljanski ne s'était pas enrichi. La pseudo justice française a toujours autant de morgue.

Texte extrait de MOTOS (mai 2002), de Joseph Veillard et résumé par nous.




Votre Pouvoir de Guérir, par Das (Jean-Pierre Beunas),
ISBN 978-2-922716-26-9, éditions Nectar, 25 rue des Berges, Trois-Rivières, Québec, Canada.
Tél. :001 819-801-1450.

   Ces procès d'un autre âge (inquisition) se passent en France, pays qui détruit un chercheur pour avoir trouvé des remèdes efficaces et peu coûteux au sida et au cancer. PEU COÛTEUX, vous comprenez ? EFFICACES, vous saisissez ?

Voilà le crime de Beljanski :
C'est PEUX COÛTEUX et c'est EFFICACE,
Vous pourriez GUÉRIR SANS DÉPENSER.

Alors en prison !… Merci la France.

* * *

   Beljanski sur internet pour trouver ses produits en vente LIBRE aux Etats-Unis ou pour toute l'information sur ses découvertes et sur le scandale. Accès facile : taper " Beljanski " dans Google (ou autre moteur) ; vous trouverez plus de 20 sites.
Également www.beljanski.com et www.cancerprev.org.

L'affaire Beljanski en livres (en français) :

La santé confisquée, par Monique et Mirko Beljanski. ISBN 0-9671304-0-9
Mirko Beljanski, la fatwa scientifique, par Monique Beljanski. ISBN 0-9671304-1-7, Éditions ÉVI Liberty Corp., New York.

Contact : CIRIS 17 BP9 17550, Dolus D'Oleron, FRANCE
Tél. : 04 74 56 59 23 ou 04 74 56 58 00

   Pour les amoureux de la justice et de la liberté, voici un livre qui révèle les bases de la JUSTICE, de la CONSCIENCE et de la LIBERTÉ dans la CONSCIENCE, valeurs émergentes qui s'implantent en silence et qui seront la réalité dans notre société… Après ? … Après eux !

Le Secret de Jésus - Guérir avec rien, par Das (Jean-Pierre Beunas),
ISBN 2-9804752-8-9, éditions Nectar, 25 rue des Berges, Trois-Rivières, Québec, Canada.
Tél. : 819-801-1450.
Courriel :

   Sur le site Kataros, vous trouverez d'autres articles sur les violations des Droits fondamentaux en France ainsi que de nombreux articles sur la conscience et la guérison.

Das, le 13 mars 2004.

Autre livre stupéfiant sur les persécutions infligées à 10 savants - dont Beljanski - en France : " Savants maudits, chercheurs exclus ", éditions Guy Redaniel, Paris, ISBN 2-84445-457-7

 

La France VIOLE la LIBERTÉ
de conscience

Ô Amis, prenez conscience,
l'esprit totalitaire rode!…

La France contre la liberté?
Par Pierre Lassalle auteur
Revue Terra Lucida, vol.4, no 2, été 1999

Le Sentier du graal, éditions de Mortagne

   Le Département d'État américain et L'ONU ont condamné la France pour son attitude sectaire vis-à-vis des minorités spirituelles.

   Un communiqué de l'Agence de presse Sumer nous informe que l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) épingle la "patrie des droits de l'homme" pour violation de la liberté religieuse. Le 22 mars dernier s'est tenue à Vienne une conférence organisée par l'OSCE sur le thème de la liberté de religion en Europe.

   Soixante-dix délégations y ont pris la parole afin de débattre de la liberté d'expression religieuse et spirituelle.

   La Fédération Internationale d'Helsinki pour les Droits de l'Homme a présenté son rapport "Discrimination religieuse et violations des engagements d'Helsinki". Ce rapport montre que des démocraties européennes violent leurs engagements relatifs à la liberté de religion et à la tolérance religieuse. Concernant la France, ce rapport mentionne : "Depuis 1996, une montée de l'intolérance et de la discrimination a été observée en France à l'égard des nouvelles religions". Le rapport Guyard sur les "sectes", publié en janvier 1996, a engendré des articles de presse calomnieux à l'égard des minorités religieuses et spirituelles, a fait circuler des rumeurs et des informations fausses et constitué une incitation à l'intolérance religieuse. Une multitude de situations et de formes de persécutions se sont alors développées. Les minorités spirituelles ont été publiquement marginalisées et stigmatisées.

   Le CESNUR (Centre d'Études des Nouvelles Religions) rend ainsi compte de la conférence de l'OSCE : "Si la Russie, la Belgique, la Grèce, la Biélorussie et l'Ouzbékistan ont été aussi critiqués, c'est surtout la France, avec sa politique sur les "sectes" qui s'est trouvé dans le box des accusés.

   Pourquoi l'État français fait-il une telle chasse aux "sectes", alors que les enquêteurs révèlent en privé qu'il n'y a guère plus d'une vingtaine de groupes potentiellement sectaires et qu'il n'y a presque jamais de plaintes? Quels sont les problèmes bien plus graves qui se cachent derrière? Pourquoi la spiritualité fait-elle autant peur à nos dirigeants? Il ne faudrait pas oublier qu'un gouvernement laïque n'a aucun droit de porter un jugement sur un groupe spirituel, quel qu'il soit.

Le 22 mars 1999, La France est condamnée par l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) pour :

"L'INTOLÉRANCE, LA DISCRIMINATION ET LES INÉGALITÉS RELIGIEUSES ENGENDRÉES PAR LA POLITIQUE (FRANÇAISE) DE LUTTE CONTRE LES RELIGIONS MINORITAIRES QUALIFIÉES DE SECTES DANGEREUSES ET NUISIBLES DANS CES QUATRES PAYS (FRANCE, BELGIQUE, AUTRICHE, ALLEMAGNE) DE L'UNION EUROPÉENNE".

   Non seulement la France est condamnée par l'OSCE mais AUSSI par les États-Unis ET L'ONU pour son attitude intolérante.

   La liberté de conscience est un droit fondamental (art. 18, 19, 20 des droits de l'homme).

   L'attitude intolérante et sectaire de la France est le symptôme évident d'un système prétotalitaire qui s'implante en silence…

   Un état de droit, laïque de surcroît, N'A AUCUN DROIT de persécuter les nouvelles religions, c'est une violation des droits de l'homme et une violation de la liberté de conscience, (ART. 18) des droits de l'homme.

   Pour supprimer la liberté de conscience et de libre choix religieux, l'on commence toujours ainsi :

- rapport infamant, honteux et dégueulasse tel le Guyard de janvier 1996
- critiques, calomnies - constitution de fichiers
- rumeurs, fausses informations - situations policières, manipulations
- incitation à l'intolérance - marginalisation des minorités
- persécutions médiatiques - propagande publique apeurante

BRAVO LA France!…ÇA COMMENCE BIEN!

   La montée de l'intolérance en France depuis 1996 ressemble étrangement à la montée du nazisme en1936…

Ainsi procédèrent les communistes sous Staline.
Ainsi procédèrent les envahisseurs japonais.
Ainsi procédèrent les nazis jusqu'au génocide.
Ainsi procédèrent les inquisiteurs jusqu'aux bûchers.

AINSI PROCÈDE LA FRANCE!… JUSQU'OÙ MON DIEU?

Pour en savoir plus, deux livres percutants de Das :
- La Bible son origine secrète.
- L'ombre la dictature mondiale.

Aux Éditions Nectar, Tél. 819-801-1450
25 des Berges, Trois-Rivières G8Y 1A1, Québec, Canada
Courriel :

Ô Amies et Amis de lumière, prenez conscience. AGISSEZ, faites ce que vous pouvez, parlez-en, diffusez cette information. VOTRE LIBERTÉ ne tient qu'à un fil.


Le 26 septembre 1999, Jean-Pierre Beunas.

Auteur de livres dont : Le Nectar de la Conscience et le Chant du Cygne

 

La France : La Honte

Le ministère de la Justice organise la délation

   Élisabeth Guigou, ministre de la Justice en France, a demandé aux associations spécialisées dans la lutte contre les sectes de déterrer un plus grand nombre d'affaires.

   Par la circulaire aux magistrats et aux juges de France du 1er décembre 1998, le Garde des sceaux présente l'action de la nouvelle mission interministérielle sur les sectes tout en regrettant le manque de plaintes. Il n'y aurait pas assez de dénonciations permettant d'enclencher des poursuites.

   Pour pallier à cette carence d'affaires, le ministère de la Justice a chargé les juges de travailler en collaboration plus étroite avec l'ADFI et le CCMM supposés collecter des témoignages à charge.

   La liste des symptômes définis par l'AFDI recouvre la plupart des comportements non conformistes et privés : " changement de mode vestimentaire et de régime alimentaire, courrier et appels téléphoniques abondants, sorties et voyages, intérêt pour une cause nouvelle, emprunt d'argent, long temps de lecture et de méditation "... Il est donc conseillé de prévenir l'ADFI ou les renseignements généraux si un de nos proches présente un de ces " symptômes " ou un trait de non conformisme similaire. Les informations ainsi recueillies ont permis de dresser la liste des 172 sectes du rapport parlementaire, bien que des officiers des renseignements généraux estiment qu'une vingtaine de groupes seraient potentiellement sectaires. 150 associations auraient été listées sans aucun délit à charge!

   Les pratiques pouvant tomber sous le coup d'un délit de secte : il s'agit de la plupart des méthodes thérapeutiques non conventionnelles comme la naturopathie, le jeûne, la sophrologie, la méditation et les techniques issues du " nouvel âge ". S'y ajoute l'homéopathie, qui serait inefficace....

   L'AFDI a également identifié des domaines à risque comme les cours de yoga, la thérapie parentale, les conférences sur les OVNIS et les sujets ésotériques... mais aussi des commerces sensibles comme les librairies spirituelles, les restaurants végétariens et les circuits de produits biologiques.

   Comment s'assurer que les plaintes recueillies ne sont pas motivées par l'intolérance, les préjugés ou la malveillance? Cette question n'a pas été débattue.

   L'OMNIUM des LIBERTÉS a mené une enquête auprès des parlementaires et des sénateurs pour connaître leur opinion sur ce qui ressemble à une campagne de délation et de surveillance SANS PRÉCÉDENT dans l'histoire de France. À l'affirmation qu'un " long temps de lecture " serait un symptôme suspect, les élus ne voient pas d'objection et approuvent les critères retenus par l'AFDI.

   L'OMNIUM des LIBERTÉS leur a donc clairement demandé s'il était légal de dénoncer un parent ou un voisin parce qu'il a " changé de régime alimentaire ou qu'il fait de la méditation ".

   Aucun sénateur ni député n'a manifesté de doute à ce sujet, et l'OMNIUM a reçu des réponses de l'Assemblée Nationale affirmant que la délation était parfaitement justifiée.

Santé pratique No 35, 27 mars 1999
Extraits et résumés Agence SUMFR, 40, rue du Paradis, 76530 GRAND-COURONNE Tél. 02 3567 55 62 - Fax 02 35 69 11 04, France

La France et la liberté ! ...

La chasse aux sectes est ré-ouverte...

En douze ans, c’est la troisième vague anti-sectes.

 

Le journal de Montréal, 10 juin 2006

France : Commission d’enquête sur les sectes

     Paris (Reuters)  –  La commission d’enquête de l’Assemblée nationale chargée d’évaluer l’influence des sectes «sur la santé physique et mentale des mineurs », dont la création a été décidée mercredi, a constitué hier son bureau. Celui-ci a décidé de commencer ses travaux dès la semaine prochaine. Ces travaux seront, sauf exceptions, ouverts à la presse. La commission d’enquête, composée de trente députés, porte sur l’«influence des mouvements à caractère sectaire sur la santé physique et mentale des mineurs ».

     Elle a six mois pour rédiger son rapport.Elle a pour objectif de «mettre en exergue la dangerosité de certaines pratiques néfastes à la santé physique et mentale des enfants, ainsi qu’à leur épanouissement », a précisé Philippe Vuilque. C’est la troisième commission d’enquête de l’Assemblée sur les sectes depuis douze ans. La première, qui dressait la liste des mouvements sectaires en France, avait remis son rapport en décembre 1995; la seconde, relative à la fiscalité et au patrimoine des sectes, en juin 1999. En juin 2001, sous la précédente législature, a été adoptée une loi relative à la répression et à la prévention des mouvements sectaires.

C’est où ? C’est en France, ex-pays des Droits de l’Homme.

Quel genre de crimes la commission de fanatiques va-t-elle reprocher aux parents ?

Cela, nous le savons déjà !

1er crime : Nourrir les enfants de façon végétarienne.

2ème crime : Ne pas faire vacciner les enfants et, au contraire, stimuler leurs défenses
                         naturelles … de façon naturelle.

3ème crime : Soigner les enfants sans médicaments chimiques et par les médecines douces,
                         homéopathie, acupuncture, phytothérapie, etc.

4ème crime : Apprendre aux enfants à vivre sans stress grâce à la relaxation et à la méditation.

5ème crime : Ne pas éduquer les enfants dans la religion dominante (les priver de catéchisme)…

6ème crime : Vous pouvez facilement en deviner quelques autres … du genre de ceux qui font
perdre de l’argent à l’industrie du médicament, par exemple.


Ainsi, ces «crimes » révèlent bien la «dangerosité » de ces pratiques néfastes pour la santé et l’épanouissement des enfants, qui ne pensent plus comme la masse…


Alors, rendez-vous ici fin 2006 où je publierai sur ce site les conclusions de la commission des fanatiques anti-liberté.


La commission est composée de trente députés - des Talibans ?- non, des députés français payés pour pratiquer l’inquisition contraire aux libertés fondamentales, pourtant garanties par les Droits de l’Homme, dans la France des ex-Droits de l’Homme.

Lorsque les conclusions de la commission «d’enquête» seront connues, vous verrez que les cinq «crimes » ci-dessus y seront ! Plus certains autres !

DAS le 13 juin 2006

 

Retour Retour aux articles  aux articles                Retour Haut de la page en haut

Accueil | Kataros-Affiches | Catalogue | Nectar t.1 | Nectar t.2 | Nectar t.3 | Le Chant du Cygne | Lâcher-prise | Le secret de Jésus | La Hiérarchie Solaire | L'énergie financière maîtrisée | L'énergie sexuelle maîtrisée | Le Code D'Ascension | Le Code D'Ascension tome2 | Dieu Je suis ma vie | Le manuel de l'écriture automatique | L'homme tout | Commande | Articles | La conscience | L'ascension | La richesse | La chance | Le trésor | La liberté | O Amérique | Le Lâcher-prise | Atelier | Nouvelles | Les 9 méthodes | Témoignages | Conférences | Les gongs de cristal | Mantras | L'auteur | Liens


Vous devez écrire manuellement l'adresse dans votre logiciel de courriel.

Vous pouvez contacter Das par courriel, par fax ou par téléphone.
Par téléphone, veuillez tenir compte du décalage horaire.
Par courriel, indiquez votre numéro de téléphone car Das vous contactera.